La Camomille Sauvage de Bulgarie

La Camomille Sauvage de Bulgarie

La médecine moléculaire moderne est en plein essor depuis plusieurs décennies déjà. Les nouvelles problématiques et les nouvelles avancées technologiques en la matière ainsi que la découverte de nouveaux principes actifs ont permis à l’industrie pharmaceutique de se hisser au premier rang des secteurs les plus lucratifs de notre époque. Toutefois, de nombreuses personnes attachent encore une valeur particulière aux anciens remèdes de grand-mères à préparer à partir d’une décoction de petites-fleurs. En effet, cette forme de médecine traditionnelle est très efficace pour traiter les divers petits maux auxquels nous sommes confrontés au quotidien. C’est le cas de la camomille sauvage de Bulgarie. Cette plante à fleurs blanches qui tapisse les champs a de nombreuses vertus thérapeutiques. Son usage s’est aussi étendu dans plusieurs autres domaines, notamment dans la cosmétique, la parfumerie ainsi que dans l’agriculture.

La camomille sauvage dans l’histoire

La camomille sauvage est connue depuis les temps reculés. Son utilisation dans la pharmacopée européenne, africaine et asiatique remonte à l’antiquité. Ses vertus en phytothérapie ont été reconnues par les Grecs, les égyptiens, les romains, les Germains et autres civilisations asiatiques de l’époque. Ceux-là en ont déjà fait un usage médical pour traiter leurs malades. Son utilisation était si large dans le domaine touché et la localisation géographique. Et comme la classification botanique n’existe que depuis le XVIIIe siècle, il est assez ardu de retracer formellement la présence de la camomille dans les écrits de l’époque. Toutefois, des latinistes se sont penchés sur la question et ont déduit le lien de la camomille avec plus d’une quinzaine d’appellations différentes. Du temps de Charlemagne, un texte préconisait la culture de tels types de plantes potagères dans son jardin royal. 

La camomille sauvage de Bulgarie, comment la reconnaitre ?

La camomille est une plante herbacée qui pousse à l’état sauvage. Il existe plusieurs espèces de camomille, dont trois qui se ressemblent tellement qu’elles sont très souvent confondues. La camomille sauvage de Bulgarie ou grande camomille porte le nom scientifique de Tanacetum parthenium, et fait partie de la famille des Astéracées. C’est une plante vivace et dont la floraison peut survenir à n’importe quel moment de l’année.

Les camomilles se reconnaissent à leurs petites tiges à feuilles vertes avec deux couches de fleurs fixées sur le réceptacle. La partie centrale est formée par une couche de fleurs tubulées jaunes et l’extrémité est couverte par des fleurs ligulées de couleur blanche. Son odeur typique est assez marquée et n’est pas sans rappeler l’odeur de la peau d’une pomme d’où sans doute a été tiré son nom. La camomille sauvage nous est familière, car les petites filles adorent jouer avec ces fleurs. Certaines en faisaient des couronnes pour orner leur chevelure, d’autres en piquaient quelques tiges directement sur la tête. Il y en a qui jouaient avec et décomptaient les pétales en les arrachant un par un dans une sorte de divination. Elles commençaient par : « il m’aime… » puis à chaque pétale arraché continuaient avec : « un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout ». Le mot correspondant au dernier pétale désignait alors le degré d’amour que lui porterait l’élu de son cœur.

Plusieurs caractéristiques la distinguent de ses sœurs, la petite camomille (Matricaria Chamomilla) et la camomille romaine (chamaemellum nibile). Parfois, elle joint l’une ou l’autre, et d’autres fois, elle porte seule ce trait. Ainsi, comme la camomille romaine, elle est vivace et possède plusieurs tiges. Lorsqu’elles sont infusées et bues comme tisane, ces deux espèces de camomille sont amères, contrairement à la petite camomille qui, elle, est douce. Ses tiges sont redressées tandis que celles de la camomille romaine sont d’abord couchées avant de se redresser. Et semblable à la petite camomille, la camomille grande a un réceptacle sans paillettes et se retrouve surtout en région tempérée comme l’Europe de l’Est et du Sud et l’Asie tempérée. D’un autre côté, elle diffère de manière distinctive par son akène qui possède entre 6 et 8 côtes. Et ses feuilles à 2 pennées ont 3 à 5 lobes larges.

Les camomilles possèdent également une caractéristique chimique qui leur permet de s’adapter à leur environnement et de se défendre contre les différentes agressions extérieures. En effet, pour assurer sa multiplication, elles ont dû s’adapter. Comme leur génétique et leur biochimie ne leur permettent pas de produire certains pigments dans le spectre ultraviolet, les camomilles ont développé des cellules en forme de conne sur leurs pétales. Ces cellules forment un réseau de crête nanométrique qui donne une iridescence. C’est cette dernière qui joue le rôle de signal pour attirer les polinisateurs.

camomille sauvage butiné par une abeille

Pour se protéger de ses prédateurs, la camomille produit des substances chimiques à forte teneur en terpénoïdes. Cette substance constitue une défense infranchissable de la plante contre ses prédateurs. En effet, les terpénoïdes ont la propriété de révulser et d’intoxiquer les insectes qui voudraient s’en nourrir. Ils seraient même capables d’attirer les plus grosses bestioles, prédateurs de ces insectes, comme quoi les ennemis de leurs ennemis sont leurs amis !

En outre, les flavonoïdes, responsables de la coloration jaune des fleurons tubulés du capitule de la camomille protègent aussi très efficacement la plante. En plus d’attirer les polinisateurs pour la multiplication de l’espèce, les flavonoïdes les protègent contre les prédateurs herbivores, les agents pathogènes et même contre les radicaux libres et les rayons UV. De plus, la sècheresse n’aura aucun effet sur ces plantes, car le stress ne fera qu’augmenter leur production en flavonoïdes. Ce qui aura pour effet de les renforcer encore davantage. Il n’est pas étonnant que cette plante prolifère dans tous les espaces où elles ont pris racine. Elles sont tenaces et sont capables de s’adapter à leur environnement. Leur force peut se manifester dans leur faiblesse.

Quelles sont les utilisations de la camomille sauvage de Bulgarie ?

Les tiges, les feuilles et les fleurs sont les parties utilisées en ce qui concerne les camomilles. Avec toutes ses propriétés médicinales et chimiques, aujourd’hui reconnues scientifiquement, la camomille est utilisée dans plusieurs domaines et dans un champ d’application assez large. Elle est, ainsi, utilisée en pharmacologie pour traiter de nombreux symptômes. Elle est aussi utilisée en agriculture pour améliorer la qualité et le rendement des cultures. La camomille sauvage de Bulgarie a aussi trouvé sa place dans l’industrie du cosmétique et de la parfumerie. Mais là où elle est toujours appréciée, c’est dans le placard de la cuisine. C’est un élément important qu’il est bon d’avoir sous la main à n’importe quel moment de la journée.

En tisane, dans la médecine traditionnelle

La camomille, au même titre que la verveine, le tilleul, le romarin et la menthe, est utilisée comme tisane pour se détendre. La tisane se prépare généralement avec les camomilles sèches et laissées infuser dans de l’eau bouillante. Elles peuvent être utilisées seules ou mélangées avec d’autres plantes en fonction de l’effet escompté. Dans la médecine traditionnelle, la camomille fait partie des plantes médicinales les plus courantes. La tisane de camomille est réputée être efficace pour traiter plus d’une cinquantaine de maladies et d’infections. Mais en général, son action est reconnue autour de trois grands axes.

Le système nerveux

La tisane de camomille agit très efficacement sur le système nerveux grâce à sa propriété relaxante, en particulier pour réduire la tension nerveuse. Elle aide à se détendre, réduit l’irritabilité pour un endormissement rapide et pour retrouver plus facilement un sommeil de qualité. Elle aide aussi à calmer les migraines et les maux de tête. La camomille est également de recours dans certains cas de maladies nerveuses.

Le système digestif

La tisane de camomille sauvage est aussi efficace et utilisée pour traiter le système digestif, car elle stimule la digestion. Quelques fleurs séchées, environ une cuillère à soupe, infusée dans une tasse d’eau bouillante suffisante pour régler un manque d’appétit et une paresse d’estomac. Pour cette action précise, la préparation est à prendre avant le repas. Mais elle est aussi ordonnée dans le cas d’une indigestion, de ballonnements, d’une gastrite, des coliques et aussi pour traiter les douleurs abdominales.

La peau

La camomille est abondamment utilisée en application locale, car elle soulage rapidement les affections, les rougeurs, les couperoseset les plaies de la peau. Elle estomperait les eczémas et différentes formes d’agressions subies par la peau, et même après les piqures d’insectes sous-cutanées. Elle est aussi très efficace pour protéger les peaux sensibles et pour prévenir les allergies.

Les autres vertus reconnues à la camomille

La liste serait longue pour énumérer tous les maladies et malaises que la tisane de camomille pourrait traiter. Mais les utilisations les plus courantes concernent son effet antalgique. La camomille sauvage est aussi précisément connue parce qu’elle atténue la douleur. Ainsi, elle est utilisée en bain de bouche pour soulager les affections buccales. Une tisane de camomille est également recommandée lors des règles douloureuses. Elle peut aussi être un bon moyen pour réduire les irritations des yeux après une exposition à la fumée, lorsqu’ils ont été trop sollicités ou après une longue période passée sous l’eau. D’une manière générale, la camomille intervient dans le soulagement des différentes douleurs, y compris les douleurs musculaires et les courbatures.

tasse de camomille sauvage dans les mains d'une femme

En pharmacologie

L’engouement populaire pour la camomille sauvage est tel que la science voulut en savoir un peu plus sur elle. Les études menées ont alors confirmé les vertus connues de cette plante médicinale. Ainsi, depuis longtemps, le principe actif de la camomille est extrait et utilisé en pharmacologie. Il s’applique dans quatre catégories.

Anti-inflammatoire 

Les expérimentations in vitro et in vivo ont clairement identifié cette propriété anti-inflammatoire et calmante de la camomille. En effet, elle renferme des substances hautement efficaces pour guérir les blessures et les œdèmes. Les tests dans ce domaine ont été concluants et pleinement satisfaisants.

 Spasmolytique

Il a également été prouvé et scientifiquement admis que la camomille a des vertus antispasmodiques. C’est l’extrait hydroalcoolique de la fleur qui produit cet effet bénéfique pour apaiser les spasmes.

Antibactérien et antifongique

La camomille sauvage possède également des propriétés antibactériennes et antifongiques mêmes à faible rendement. En effet, dans le cadre des essais, son action a accru la sécrétion de la bile chez les cobayes, notamment chez les chiens et les rats.

Sédatif

Les recherches approfondies et les essais réalisés ont permis d’établir que la camomille sauvage avait une action sédative effective sur l’homme. Ainsi, certains produits anesthésiants contiennent des extraits de camomille.

En cosmétique et en parfumerie

La camomille sauvage a toujours fait partie du quotidien des générations qui nous ont précédés. En tisane, les bienfaits n’en sont plus à discuter. Mais en plus, la camomille a été utilisée pour rincer les cheveux et même pour laver le visage. C’est ainsi que nos grand-mères entretenaient leur corps et l’effet était plutôt étonnant, car elles avaient des cheveux sains et soyeux et une peau fraiche et tonique. L’industrie du cosmétique s’est inspirée de ce principe pour élaborer des produits à base de camomille. Ainsi, la camomille peut être présente dans les shampoings avec un effet pour blondir les cheveux. C’est le soin par excellence, le mieux adapté aux cheveux blonds. En rinçant les cheveux, vous pouvez masser délicatement le cuir chevelu pour une meilleure pénétration du produit. Des extraits de camomille se retrouvent aussi comme eau florale et dans les lotions. Comme pour la lavande, l’huile essentielle de camomille sert pour la fabrication de savon. Elle intervient également dans la parfumerie. En effet, la camomille sauvage de Bulgarie a une odeur très prononcée qui n’est pas sans rappeler la note délicate de ma peau de la pomme. Elle est très odorante et sa senteur est particulièrement appréciée en parfumerie, d’où son intérêt pour la camomille sauvage.

crème de camomille sauvage

L’huile essentielle de camomille s’obtient par distillation à la vapeur. Il faut jusqu’à 3 à 5 kg de plante comprenant tiges, feuilles, fleurs et racines confondues pour produire près de 10 ml d’huile essentielle. Le produit ainsi tiré est très riche en substances chimiques. L’huile essentielle de camomille sauvage en contiendrait plus d’une centaine. Il est également possible de trouver des huiles végétales extraites uniquement de fleurs de camomille pour une teneur plus importante des substances utiles dans celles-ci. Pour une utilisation domestique de l’huile essentielle de camomille, elle devra être diluée dans de l’eau.

2 flacons d'huile essentielle de camomille sauvage

En agriculture

La camomille sauvage sert aussi dans l’agriculture pour améliorer la production, tant en quantité qu’en qualité. En effet, la camomille sauvage prolifère dans les champs. Elle évolue en quantité abondante dans la nature. Ce qui en fait une matière première de choix pour maintenir les autres produits de l’agriculture.

Ainsi, la camomille sauvage de Bulgarie peut être utilisée en viticulture. En effet, elle accompagne les vignes à partir de la préfloraison, là où les cépages produisent un taux élevé de chlorure ferrique jusqu’à la véraison. En agissant sur le cycle du potassium, l‘huile essentielle de camomille permet de stabiliser l’évapotranspiration de la plantation de raisin. Aussi, elle est particulièrement de rigueur lors des périodes de fortes chaleurs ou de canicule. L’huile essentielle de camomille est aussi le partenaire assidu des viticulteurs qui ont choisi de cultiver sa vigne sur un terrain de sable ou de pierre où l’eau n’est pas très abondante. En cours d’évolution, il arrive que les vignes développent un enracinement trop superficiel. De ce fait, les racines ne parviennent pas à extraire l’eau qui se trouve plus en profondeur dans le sol. Un traitement à la camomille est alors à envisager pour déstresser les plantes.

Dans l’agriculture dite biodynamique, la camomille sauvage est utilisée comme composant du compost 503. La camomille présente dans cette préparation est responsable de l’action de l’azote et du calcium. Ainsi, les cultures fertilisées avec ce mélange 503 sont plus saines. En effet, la régulation de l’absorption de l’azote contribue à limiter la contamination par les champignons parasites.

En cuisine

La camomille s’inscrit également dans le registre gastronomique pour le plaisir des sens. En effet, les espèces de camomilles sont utilisées en cuisine pour être tout simplement savourées comme toutes les infusions, mais aussi comme herbes aromatiques. À titre d’exemple, il est possible d’ajouter du vin de camomille pour agrémenter et parfumer certains assortiments de plats.

un bol rempli de camomille en cuisine

Il vous est tout à fait possible de fabriquer vous-même votre vin de camomille à partir d’ingrédients que vous trouverez probablement dans votre placard de cuisine. Il y a deux façons  de faire votre vin de camomille faite maison.

  • Pour une production express, vous aurez besoin:
  • D’un litre de vin rouge ou d’un vin blanc à 11°,
  • D’un verre d’eau-de-vie,
  • De 20 têtes de camomille sauvage de Bulgarie,
  • De 35 morceaux de sucre,
  • D’une cuillère à café de chicorée, et
  • d’une écorce d’orange.

Pour la préparation, il suffit de mélanger le tout dans un bocal. Laissez reposer 24 heures avant de filtrer et de mettre le produit fini dans une bouteille.

Si vous préférez le vin à plus grande maturation, utilisez 50 grammes de fleurs de camomille sauvage fraiches. Mettez-les à macérer dans un litre de vin de Banyuls avec 10 morceaux de sucre. Votre vin de camomille sera prêt au bout de 10 jours de fermentation.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *